Ignore EverybodyJe suis tombé sur ce texte l’autre jour portant sur la créativité. Divisé en une trentaine de chapitres, le texte fourni plusieurs conseils pour favoriser la créativité que ce soit dans le milieu des affaires ou des arts. Je suis tombé sur ce guide via I Will Teach You To Be Rich qui mentionnait dans un de ses articles l’importance de trouver les personnes de confiance qui ont l’expérience requise et de les écouter et surtout, d’ignorer le reste du monde.

Quoiqu’il en soit, le premier chapitre qui porte sur l’importance d’ignorer tout le monde m’a fortement marqué car je pense qu’il se veut profondément vrai. Je l’ai vécu, plusieurs l’ont vécu. Lorsqu’il s’agit de faire découvrir une nouvelle idée, demander à ses proches ce qu’ils en pensent est généralement une mauvaise idée.

Pourquoi? D’abord, bien que vos proches ne voudraient jamais volontairement vous nuire, ils ne connaîtront jamais votre monde aussi bien que vous, même s’ils essaient du mieux qu’ils le peuvent et même si vous tentez de le leur faire découvrir.

Mais le point, le plus intéressant qui vient, à mes yeux, valider cette position est le fait que, par nature, vos proches ne veulent pas que vous changiez; ils vous aiment comme vous êtes. Si une idée pourrait faire en sorte que vous changeriez, la dynamique de leur relation avec vous changerait également.

Ergo, they have no incentive to see you change. And they will be resistant to anything that catalyzes it. That’s human nature. And you would do the same, if the shoe was on the other foot.

Et ce n’est pas seulement vrai avec vos proches. Dans le milieu des affaires aussi, la résistance à un changement dans la dynamique de la relation de vos collègues avec vous se veut tout aussi palpable.

With business colleagues it’s even worse. They’re used to dealing with you in a certain way. They’re used to having a certain level of control over the relationship. And they want whatever makes them more prosperous. Sure, they might prefer it if you prosper as well, but that’s not their top priority.

If your idea is so good that it changes your dynamic enough to where you need them less, or God forbid, THE MARKET needs them less, then they’re going to resist your idea every chance they can.

Comme l’auteur le répète souvent, ce n’est pas par méchanceté ou par égoïsme, c’est généralement uniquement par nature humaine que cette résistance se fait sentir.

Je crois qu’on peut bien illustrer ce phénomène en prenant en analogie deux bons amis célibataires. Lorsque l’un deux se trouve une partenaire, les sentiments de l’autre ami sont en dualité: d’un côté, il est extrêmement heureux pour son ami, mais de l’autre, il vient de perdre la dynamique confortable qu’il chérissait avec son ami ce qui le fait secrètement un peu “chier”…

Nature humaine je vous dis!

GOOD IDEAS ALTER THE POWER BALANCE IN RELATIONSHIPS, THAT IS WHY GOOD IDEAS ARE ALWAYS INITIALLY RESISTED.

C’est probablement pourquoi il y a si peu de grandes idées qui font leur chemin: ceux qui les ont n’ont pas la force pour vaincre la résistance qui les entoure. Je pense que ce texte marque un point majeur dans l’importance d’ignorer tout le monde, du moins en ce qui a trait à la créativité. Non?