Wired News publie que des chercheurs de l’Université de Californie à LA ont altéré génétiquement le VIH de sorte qu’il s’attaque aux cellules cancéreuses.

En l’enveloppant dans un autre virus, le sindbis, qui s’en prend généralement aux insectes et aux oiseaux, cela a permis au VIH génétiquement modifié de s’en prendre directement aux métastases du mélanome sur les poumons de souris. La transformation du VIH en gêne thérapeutique a été tentée à plusieurs reprises dans le passé en modifiant l’enveloppe même du virus. Or le secret du succès de ces chercheurs serait définitivement l’enveloppe de sindbis qui permet une thérapie génétique par le VIH plus stable.

Bien qu’il puisse sembler épeurant d’utiliser le VIH en tant que thérapie, les chercheurs affirment qu’ils ont supprimé 80% du virus de sorte qu’il ne soit pratiquement qu’un porteur.

Évidemment, le traitement nécessite encore beaucoup de développement pour en améliorer la précision et en réduire les risques d’effets secondaires avant qu’il puisse être testé sur les humains.

L’impact de la recherche génétique est en soi très exceptionnel. Toutefois, l’importance d’avoir un programme de développement génétique respectable qui ne précipite pas les essais sur les êtres vivants est essentielle, car la thérapie génétique peut être tout aussi dangereuse que bénéfique.