Ce qui est suit est un texte écrit par un alter-mondialiste qui travaille à CHOI et qui met en perspective certains points du dossier.

1632, Galilée publie un ouvrage dans lequel il soutient la théorie de Copernic affirmant que la terre tourne autour du soleil… mais les bien-pensants de l’époque, dont le Pape Urbain VIII sont scandalisés. Galilée dépasse les limites du bon goût et de l’acceptable! Ils lui intentent donc un procès dont il sera reconnu coupable. Galilée devra abjurer ses erreurs et sera assigné à résidence. 125 ans plus tard, il sera réhabilité… le principe disant que la terre tourne autour du soleil était désormais largement accepté…

Plus près dans le temps et de nous, dans les années 50, le Clergé dont l’autorité était indiscutable, se scandalisa des proses de Georges Brassens. Ses textes dépassaient les limites du bon goût… ou plutôt, dépassaient les limites du bon goût des bien-pensants… LEURS limites! Brassens fut mit à l’index et toute personne qui s’adonnait à fredonner les textes du troubadour était menacée d’excommunication. Quelques années plus tard, ce fut les déhanchements d’Elvis Presley qui subirent les foudres du Clergé…

Tout au long de l’histoire, les bien-pensants, du haut de leur prétention et armés du pouvoir, ont systématiquement voulu imposer leurs idéaux et leurs valeurs «supérieures».
Inquisitions, esclavage, croisades, colonisations; tant d’exemples de cette imposition des valeurs d’un groupe.

Bien que les intentions soient parfois bonnes voir louables dans certains cas, le résultat demeure : l’établissement d’une forme de censure imposée.
Je ne partage que rarement les opinions et idéaux de Jeff Fillion. Il lui est arrivé de dépasser MES limites au point où dès mon arrivée à la station, je fonçais droit dans son bureau pour débattre pendant parfois des heures (alors que j’étais rémunéré) des propos que JE jugeais scandaleux… Même si Jeff Fillion était mon supérieur immédiat, quand je sortais de son bureau, j’avais toujours mon emploi peu importe l’intensité de notre débat… j’avais droit à ma liberté d’expression.

Je préférerais de loin que ce soit mes idéaux alter mondialistes, équitables et écologistes qui dominent notre société… malheureusement, ce n’est pas le cas. Vous vous demandez peut-être comment un gauchiste-écolo peut défendre Jeff Fillion et CHOI?? Je vous répondrai que l’une des valeurs de base que je défends est la liberté… autant la mienne que celle des autres, qu’ils soient d’accord ou non avec mes propos.

En avril 2001, j’ai entre autres contesté l’imposition du «mur de sécurité» lors du Sommet des Amériques aux côtés de nombreuses personnes… où sont-elles aujourd’hui?? Ce mur était selon plusieurs une atteinte à nos droits et liberté de circuler dans notre pays. Pour certains, il était une nécessité afin de protéger les dignitaires étrangers. Pour beaucoup de gens, il représentait un dangereux précédant limitant notre liberté de circuler mais aussi notre droit à manifester notre mécontentement. Ironiquement, plusieurs des personnes qui se sont opposées à ce mur, font aujourd’hui partie des plus passionnés opposants de CHOI et Jeff Fillion.
Où est votre cohérence?? Est-ce que la liberté n’est valable que pour VOS opinions??

Je ne pense pas comme Jeff Fillion malgré mon grand respect pour sa personne… pis après (comme disait Falardeau)?? Est-ce que mes idées ont plus de valeurs que les siennes?? Est-ce que mes limites sont plus acceptables que les siennes?? Est-ce que l’opinion des 380500 auditeurs de CHOI compte moins que celle de ses opposants??
Une chose est certaine, malgré toutes nos bonnes intentions, personne n’est parfait et à partir de cette prémisse dont nous sommes tous affligés, nul ne peut prétendre détenir LA vérité.

Ainsi, la première question qu’il faut se poser collectivement est : la liberté d’expression a-t’elle UNE limite?? Je réponds non, elle n’a pas UNE limite, elle a DES limites; celles de chacun d’entre-nous, dépendamment d’une foule de variables dont nos origines, notre milieu familial, notre âge, notre style et notre degré d’éducation.

Pour une personne âgée, un langage colérique ou affichant ici et là un blasphème inoffensif pour la majorité de non pratiquants, sera fort probablement automatiquement condamné.
Pour une personne au degré d’éducation élevé, de simples écarts de langage au niveau de la syntaxe peuvent être scandaleux.
Pour certains Juifs, critiquer les politiques d’Israël sera associé à de l’antisémitisme.
Pour certains Américains, mettre en doute la parole du Président en temps de guerre sera anti-patriotique.
Pour le prude, la seule mention du mot «fellation» fera rougir.
Pour un jeune venant d’atteindre la majorité, à peu près tout sera tolérable…

Faites le test; consultez vos parents, amis, voisins et collègues de travail et tentez de déterminer où est LA limite à la liberté d’expression… Bonne chance!

Dans ce contexte, qui peut prétendre au monopole du bon goût?? Qui peut affirmer haut et fort qu’il détient LA vérité absolue; que seul lui, elle ou son groupe connaît mieux que quiconque ce qui est bon pour TOUS les citoyens??

L’histoire est jonchée d’exemples de gens bien-pensants prétendants défendre le bon goût et des valeurs soi-disant absolues… avec les conséquences que l’on connaît.

Que l’on aime ou déteste Jeff Fillion, que l’on soit d’accord ou non avec ses propos, que l’on trouve qu’il dépasse, souvent, peu ou jamais NOS limites propres à chacun, il importe collectivement de se poser une seconde question :
Veut-on oui ou non un organe de censure?? Et si la majorité décide que oui, alors que cet organe soit démocratique et représentatif des opinions de l’ensemble des citoyens, pas seulement d’une clique de privilégiés, non élus et amis du pouvoir.

Ouvrir la porte à la censure- qu’elle nous paraisse justifiée ou non selon nos opinions- c’est permettre de museler les marginaux, les minorités, les nouvelles idées et trop souvent même, la majorité.

Personnellement, je préfèrerai toujours vivre dans une collectivité libre avec les écarts et débordements que cela implique plutôt que vivre dans la censure avec ses rares avantages et nombreux inconvénients.

Certains diront que je défends mon emploi ici… libre à eux de penser de la sorte. L’enjeu fondamental de ce débat m’apparaît beaucoup plus important : c’est une question de censurer les goûts et l’opinion de 380500 personnes, des auditeurs qui de leur plein gré, décident de syntoniser CHOI RADIO X…et dans une démocratie, l’opinion de tous et chacun devrait être valable et respectée.

Jean Gagnon,
Employé de CHOI… mais aussi alter mondialiste, écologiste, socialiste et peut-être même un «dangereux gauchiste» comme dirait Jeff Fillion- sans rancune!