J'ai récupéré 3 excellents textes d'opinion au cours des derniers jours dans les différents médias du Québec. Il y en avait d'excellents, et encore meilleurs, dans les médias anglophones canadiens, mais je n'avais pas la patience de les traduire …

Néanmoins, je vous conseille fortement de les lire les 3. Le premier donne un point de vue plus socialiste du débat engendré. Le second offre une vision plus juridique de la situation alors que le dernier dresse un portrait du manque d'objectivité présent dans les médias francophones du Québec.

CHOI vs. CTRC par Jean Gagnon
Le CRTC va trop loin par Hugo Lépine
Lettre à Franco Nuovo par Steve Laflamme

Personnellement, mon opinion se trouve à quelque part au niveau de ces 3 textes. Je ne veux pas que l'on ferme ma station de radio préférée. Je ne veux pas que des vieux grincheux âgés non-élus décident de ce qui est bon pour moi. Bien que je n'endosse pas les quelques rares propos (quelques phrases hors contextes sur 6000 heures de radio …) disgracieux émis par Jeff Fillion, il aurait dû se voir attribuer une suspension ou une amende, comme cela se fait aux États-Unis. Mais jamais fermer une radio pour ça.

Je n'entrerai pas ici en profondeur dans le débat de liberté d'expression, quoi qu'il s'agisse bien du fond de la question, mais je ne ferai qu'un bref rendu. La liberté d'expression ne doit avoir de limites, que les lois qui régissent la société. Point final. Dès que l'on parle de bon goût et de responsabilité, on entre dans un terrain vague qu'est celui de la censure.

Les limites du bon goût de tous et chacuns ne concordent jamais. Chacun a des limites différentes: ce qui est bien pour un peut être tout- -fait inappropriàé pour un autre. Tenter de dresser une ligne de bon goût sur le sens moral que devrait avoir un contenu radiophonique comme vient de le faire le CRTC est EXTRÊMEMENT dangeureux… car pour la première fois au Canada, un organisme non-élu vient d'ériger une barrière sur le concept le plus fondamental de la Charte, soit la liberté d'expression.

Qu'en pensez-vous?