L'Alliance canadienne contre le vol de logiciels (ACCVL) vient de publier les résultats d'un sondage rapportant qu'un employé sur huit au Québec procède à l’installation de logiciels de source externe à l’insu du service des TI de l’entreprise.

L'ACCVL indique que « Les logiciels non couverts par une licence – qu’ils aient été copiés, achetés ou téléchargés illégalement – ont de graves conséquences pour les entreprises, dont la responsabilité légale, des risques en matière de sécurité et des virus. »

Par ailleurs, les entreprises étant reconnues coupables de tels actes de leurs employés sont sujettes à des amendes pouvant atteindres les 20 000 $CAN.

« Il suffit qu’un seul employé utilise un logiciel piraté dans un ordinateur au travail pour compromettre la sécurité informatique, la technologie en place et la conformité à la loi de l’entreprise, a déclaré Allan Steel, de l’ACCVL. Le fait que des employés exposent involontairement et sans le savoir leur entreprise aux risques du piratage informatique suppose que la sensibilisation des employés constitue une première étape essentielle vers la réduction de l’utilisation future par les employés de logiciels non couverts par une licence. »

Selon le même sondage, plusieurs des employés interrogés considèrent qu'il n'y a rien de mal l -dedans. Il semble donc que la campagne de sensibilisation contre le piratage soit difficile et encore relativement inefficace. Sommes-nous vraiment surpris??